Il existe bien des manières de financer l’acquisition d’un logement. Le prêt à taux fixe et le prêt à taux révisable en font partie. Le premier est considéré comme plus sûr (tout comme investir dans le neuf au lieu de faire de la rénovation) mais coûte plus cher. Le second est indexé sur les indices financiers, il est donc moins sécurisant, mais les taux pratiqués sont moins élevés que le prêt immobilier à taux fixe.

Utiliser le PEL pour emprunter

Avec un prêt immobilier à taux fixe pour l’achat de votre bien immobilier vous aurez toutes les informations essentielles au remboursement. Aucune surprise, vous connaitrez le taux d’intérêt, le coût total du crédit (ce que vous payez à la banque), la durée du remboursement ainsi que le montant exact des échéances.

Pour le remboursement du prêt vous aurez le choix entre un prêt amortissable ou in fine. Le premier permet de rembourser à la fois les intérêts et le capital sur chaque mensualité. Plus le temps passe et plus la part du capital à rembourser augmente. La durée du prêt peut s’étaler jusqu’à 35 ans.

Le prêt immobilier in fine, appelé également prêt relais, est une méthode de remboursement plus cher et généralement utilisé par les investisseurs éligibles à l’ISF (l’impôt sur les grandes fortunes). En effet avec ce prêt vous remboursez le capital seulement en fin de prêt, de ce fait la valeur du bien immobilier est nulle durant toute la durée du prêt. L’investissement immobilier ne sera pris en compte par l’ISF que lorsque vous paierez le capital. Ce prêt est la plupart du temps utilisé pour acquérir un nouveau logement avant d’avoir vendu le précédent.

Le prêt à taux révisable :
je prends des risques

Cet emprunt peut également être réalisé sous forme classique ou relais. Le prêt à taux révisable est de plus en plus déconseillé par les pouvoirs publics. Le taux révisable varie en fonction de l’indice de référence déterminé lors de l’emprunt. Afin de limiter les trop fortes hausses, nous vous conseillons de vous orienter vers des taux « capés », les banques proposent ainsi des taux plafonnés qui ne pourront pas franchir un certain seuil même si les taux augmentent davantage.

N’hésitez pas à demander le plus d’informations possibles à votre banquier afin de faire le choix le plus avantageux

0
tiers des crédits réalisés en France sont en taux variable